Retraite : un résumé de la situation à l’aube la réforme

Sujet épineux par excellence, le droit à la retraite permet d’assurer un revenu régulier aux bénéficiaires ayant cessé leur activité en raison de leur âge, en fonction de leur carrière professionnelle. Aussi, bien qu’il existe des règles générales d’application, la situation de chacun entre en compte, à la fois pour le montant des pensions et pour l’âge de départ à la retraite.

Nous vous donnons ici les grandes lignes de ce système qui interroge autant. Veuillez noter que les informations fournies concernent la législation en vigueur, la réforme de 2020 étant toujours en cours d’élaboration.

Les origines de la retraite

La retraite existe en France depuis le Moyen-Âge, sous la forme d’une solidarité volontaire. Initialement prévu pour rémunérer les soldats en incapacité de se battre, ce droit s’est élargi au fil des siècles, jusqu’à englober l’ensemble des activités professionnelles, étape marquée par la création de la Sécurité Sociale en 1945.  

Le droit à la retraite

Concrètement, le droit à la retraite permet aux travailleurs ayant atteint un certain âge de se détacher de l’obligation de travailler, tout en gardant un revenu régulier au regard de leur activité antérieure. Ce système permet à la fois de préserver la santé des citoyens les plus âgés, mais également l’embauche des nouvelles générations, pour assurer le renouvellement de la population active.

Basé sur une solidarité intergénérationnelle qui veut que les actifs cotisent pour les retraités, le droit à la retraite est cependant voué à être adapté en permanence, notamment en fonction du vieillissement de la population et du taux de chômage.

Quel est le nombre d’années de cotisation minimum pour partir à la retraite ?

Deux principaux facteurs sont à prendre en compte dans la détermination du droit à la retraite : l’âge et la durée de cotisation. L’âge de départ en retraite est déterminé par décret, selon la date de naissance du travailleur concerné. Actuellement, les personnes nées à partir de 1955 peuvent partir à la retraite à 62 ans. Cependant, cela n’est pas nécessairement synonyme d’une pension complète.

En effet, pour bénéficier de son droit en totalité, il faut avoir validé, au cours de sa carrière professionnelle, un nombre donné de trimestres au titre de la retraite. En fonction de l’année de naissance, il faut donc avoir validé de 160 à 172 trimestres pour avoir droit à une pension sans retenue.

Ces trimestres sont déterminés en fonction des revenus pour chaque année civile, dans la limite de 4 trimestres par an, ce qui représente 43 ans d’activité sans interruption pour 172 trimestres. Depuis 2014, il faut avoir perçu 150 fois le SMIC horaire en vigueur pour valider un trimestre.

Les annuités de retraite

Il est toutefois possible de partir à la retraite sans avoir validé la totalité de ses trimestres, si l’âge légal est atteint. Dans ce cas, une minoration de pension sera appliquée pendant une période, avant que la pension soit débloquée en totalité.

Vous pouvez également, dans certains cas, procéder au rachat des trimestres manquants. Cette procédure est soumise à conditions, mais elle permet de bénéficier d’une pension intégrale, notamment en présence d’années incomplètes au cours de la carrière. Pour pouvoir racheter des trimestres, il faut alors avoir été affilié au régime général pendant les années concernées. Attention cependant : le rachat n’est autorisé que pour les personnes ne bénéficiant pas encore d’une pension du régime général.

Retraite : un droit pas si universel !

C’est l’un des enjeux de la réforme en cours. En effet, même au sein du régime général, les expériences de chacun induisent un droit différent d’une personne à l’autre. De plus, l’historique des nombreuses catégories de travailleurs est complexe, et les droits à la retraite ne sont pas les mêmes en fonction du secteur d’activité. C’est pourquoi il est recommandé de s’informer de sa situation personnelle auprès des organismes compétents.

Discutons-en sur le forum