Chômage au 1er trimestre 2024 : Le nombre de demandeurs d’emploi stable

Après 2 trimestres en hausse continuelle, le taux de chômage semble s’être stabilisé ce 1er trimestre de l’année 2024. La demande dans certains métiers (hôtellerie-restauration, aides à la personne, soins et agriculture) ne recule pas pour autant. 

Les chiffres de France Travail 

L’agence nationale pour l’emploi France Travail (ancien Pôle Emploi) donne plus de détails sur les chiffres du chômage. Les personnes sans emploi sont classées en 5 catégories. Les catégories A, B et C sont toutes tenues de rechercher activement du travail. Ce qui les différencie est leur niveau d’activité : la catégorie A ne travaille pas du tout, la catégorie B travaille 78 heures ou moins dans le mois et la catégorie C travaille 78 heures ou plus dans le mois. C’est en se basant sur la moyenne des statistiques de ces trois catégories que France Travail peut annoncer la stabilité du chômage en ce 1er trimestre 2024. 

La catégorie D est celle des demandeurs d’emploi qui n’ont pas à chercher activement du travail du fait de leur cas particulier (maladie, stage, formation, contrat de sécurisation professionnelle, etc.). Le nombre d’inscrits dans cette catégorie à diminué au 1er trimestre (1,0%). La dernière catégorie, la catégorie E, qui n’est pas non plus tenue de chercher activement car elle concerne les personnes pourvues d’un emploi en contrat aidé et les créateurs d’entreprise. Cette catégorie a augmenté de 1,1%.

Il y a ainsi 5 124 300 personnes tenues de chercher un emploi en France métropolitaine (catégories A, B et C), dont 2 240 100 demandeurs d’emploi de longue durée. Il est estimé que 3 027 700 de ces personnes sont sans emploi. Les personnes inscrites à France Travail, mais n’étant pas obligées de chercher un emploi sont quant à elles au nombre de 727 900 (catégories D et E). 

Pour aller plus loin

Les chiffres de la Direction de l’Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques (DARES – Ministère du Travail) a aussi permis d’observer que les moins de 25 ans sont toujours plus affectés par le chômage. A l’inverse, les plus de 50 ans ont davantage trouvé du travail durant cette même période. Le taux de chômage donnant lieu à des indemnisations à quant à lui augmenté de 0,7%. Sur cette catégorie de plus de 3 millions de personnes, plus des ⅔ perçoivent l’assurance chômage.

Sur cette période, les départements les plus impactés par le chômage sans activité sont la Guyane, la Bourgogne-Franche-Comté et la Nouvelle-Aquitaine. Ceux où le taux a le plus reculé sont la Guadeloupe, les Hauts-de-France et la Bretagne. Le marché du travail est le reflet de cette crise, avec une baisse des déclarations d’embauche à l’URSSAF, notamment en ce qui concerne les contrats à durée indéterminée. 

Pour rappel, le taux de chômage était de 7,5% en 2023. En parallèle, le gouvernement d’Emmanuel Macron poursuit ses politiques afin d’atteindre le plein emploi, soit 5% de chômage d’ici 2027. On imagine ainsi qu’un durcissement des règles de l’assurance-chômage et des contrôles des bénéficiaires sont à prévoir. 

Discutons-en sur le forum

ARTICLES LIÉS

Nouveaux articles