AccueilVie au travailL’allongement de la vie professionnelle est-il un facteur de vulnérabilité ?

L’allongement de la vie professionnelle est-il un facteur de vulnérabilité ?

-

Le taux d’activité des salariés âgés de 50-64 ans augmente de manière régulière et atteint, d’après les chiffres de l’INSEE, 61,2 % en 2017. Ces salariés expérimentés peuvent présenter aussi bien des vulnérabilités que des atouts pour l’entreprise. Vous découvrerez des pistes afin que ces salariés qui disposent de riches expériences génèrent de la performance sociale et économique à votre entreprise. 

Quelle est la réalité de la situation dans l’emploi des plus de 55 ans ?

Selon encore les statistiques de l’INSEE, de nos jours, cette catégorie de salariés représente 42 % de la population active. Et son taux d’emploi ne cesse de progresser. Selon les données estimatives du COR (Conseil d’orientation des retraites), en 2030, ce taux devrait s’établir à 77 %. Ce résultat est provoqué par la hausse de l’espérance de vie, des réformes en matière de retraite et notamment par le recul de l’âge du départ à la retraite.  

Les salariés expérimentés risquent aussi d’avoir des problèmes de santé. Ils sont également susceptibles de développer des affections de longue durée : 42,7 % des arrêts de travail de longue durée concernent cette catégorie de salariés. 

Quels enjeux pour l’entreprise ?

L’allongement de la vie professionnelle peut être la cause de la croissance économique et présente par conséquent un atout indéniable pour le développement de l’entreprise. Les employeurs apprécient de manière générale la maturité professionnelle et l’expérience des salariés de plus de 50 ans :  

  • Des compétences et des expériences multiples et variées ; 
  • leur rôle comme courroie de transmission entre générations ;  
  • la capacité à prendre du recul et l’autonomie ; 

Ces salariés expérimentés développent un fort engagement dans leur travail.

L’entreprise doit tirer profit de ces avantages, tout en tenant compte des éventuelles difficultés :

  • Le déclin de la capacité physique et ses conséquences comme la diminution progressive de la capacité de résistance à la fatigue et les risques d’arrêt de travail ; 
  • la démotivation à la proximité de l’âge de la retraite et l’usure professionnelle ; 
  • l’éventuelle résistance au changement. 

Quelle perception de l’allongement de la vie professionnelle ?

Les résultats de l’étude entreprise par Harris Interactive en 2019 montrent que deux tiers sont pessimistes sur la longévité au travail. 64 % ne sont pas bien préparés à travailler plus longtemps. Leurs doutes résident sur l’incapacité à maintenir un même rythme de travail. Par conséquent, ils ont peur de problème d’employabilité et de santé. 

Des solutions pour l’entreprise

De nombreuses pistes sont possibles afin que le maintien dans l’emploi des plus salariés de plus de 50 ans constitue un avantage pour la performance économique de l’entreprise. 

Tout d’abord, le dirigeant d’entreprise doit développer l’employabilité de ses employés, par l’accès à des formations quelle que soit leur durée, courte ou longue. Le fait d’apprendre les outils numériques est un bon exemple de formation. Cela permet à un employé de passer à une autre activité moins pénible physiquement ou mentalement. 

Ensuite, l’employeur peut mettre en œuvre d’autres solutions, à savoir : 

  • la mise en place de la prévention en matière de santé et des bilans réguliers ; 
  • l’organisation des ateliers sur les préventions ; 
  • la valorisation et reconnaissance des acquis professionnels ; 
  • la préparation à la retraite et à la fin de carrière.

Discutons-en sur le forum

DERNIERS ARTICLES

Le sport en entreprise : quels enjeux ?

L’introduction du sport en entreprise génère d’importants avantages. Il améliore la qualité de vie au travail. Désormais, le sport et les ressources humaines font...